mer

 Sommaire de la page par hyperliens :

Sur les mosaïques

Sur les fresques

Sur les miniatures

Sur la Table de Peutinger

 

La mer a été très représentée, car les Romains aiment les paysages marins, l'ouverture sur le large depuis leurs villas, lieux de loisir et d'hospitalité, ainsi que l'impression de fraîcheur dégagée par la représentation de l'eau dans des régions méditerranéennes où l'été est très souvent très chaud.

La mer est soit un paysage sujet unique, soit présente comme élément d’un paysage portuaire (une représentation de port très connue est notamment sur une monnaie de Néron : le port d’Ostie, avec une vue « aérienne » assez rare, et aussi sur une fresque de Stabies où l'on présume qu'il s'agit du port de Pouzzoles (fresques).

Quand elle est le sujet de la représentation, en particulier dans les mosaïques (mosaiques), le paysage est animé par la présence soit de pêcheurs, soit d'un cortège mythologique, soit par l'association des deux.

Sur les mosaïques  

Le travail des mosaïstes romains sur l'élément aquatique est d'une précision extraordinaire. 

La représentation typique d'un paysage marin sur les mosaïques est un fond clair, bleu, vert, voire blanc, avec des petits traits d’épaisseur variable symbolisant les vagues. Par exemple ici, sur cette célèbre mosaïque de Sousse, qui représente un magnifique Neptune sur son bige, l'eau forme une masse compacte en petites lignes serrées, bleues et vertes ; les chevaux et le dauphin qui nage à côté sont comme posés sur les flots, qui remplissent le tiers inférieur de la hauteur de la composition. Les deux autres tiers (l'horizon et le ciel) sont en blanc :

Gros plan sur les flots, mosaïque de Neptune, Musée de Sousse

 

Mais l'horizon n'est pas toujours représenté sur les compositions : la mer peut remplir tout l'espace avec une composition très dense :

Scène de pêche, Musée de Sousse

Ici, la mer, sur fond blanc, a des vaguelettes symbolisées par de courtes lignes en zigzags dentelés de couleur ocre. Parfois, ces effets de stries sont marqués de façon assez monotone et trop régulière, comme dans la belle mosaïque de Vénus juchée sur un écueil avec des amours, entourée de scènes de pêches. La composition du dessin des flots reste très régulière, pour remplir l'espace, mais différentes scènes entourent la toilette de Vénus, au centre, ce qui occasionne un effet bizarre, avec la juxtaposition à angle droit de vaguelettes :

Mosaïque de Leptis Minus (Musée de Lemta)

Il arrive aussi que les mosaïstes mêlent des traits droits pointillistes et des vaguelettes pointues, comme dans le triomphe de Vénus de la maison de l'Ane à Djemila (musée de Djemila) :

En général, il y a  de très nombreux animaux marins qui remplissent l'espace : poissons,  poulpes, mais  aussi très souvent dauphins, crabes, anguilles. Leur dessin rompt l'uniformité picturale et donc les rayures qui marquent la profondeur de l'eau ou les vagues. Ci-dessous, la surface et la profondeur de la mer sont en couches de  noir, vert et blanc sur lesquelles se détachent poissons, dauphins et anguille. Au-dessus, on aperçoit des rames et la coque d'un bateau de pêche.

Sur la mer, très fréquemment, on a donc des sujets évoquant la pêche (souvent des amours pêcheurs, sur une barque, avec des filets), ou des sujets mythologiques : triomphe de Neptune et d’Amphitrite, par exemple. La présence de néréides et de tritons est très fréquente. S'il y a des divinités marines ou des animaux, la mosaïque peut jouer sur un effet de transparence de la mer sur leur corps : ci-dessous, l'eau est très colorée dans un dégradé de brun, sans être opaque, et de fines stries blanches et turquoises permettent des effets de transparence sous l'eau :

Mosaïque de Dougga, Musée du Bardo

Dans la majorité des cas, les traits évoquant l'eau s'interrompent devant le dessin de l'animal ou la divinité qui se trouve dans la mer. Mais il arrive que ce soit l'inverse  : le trait marquant le mouvement des flots passe par dessus le sujet, montrant la différence entre la partie immergée et la partie émergée du corps, comme on le voit bien ci-dessous, avec la néréide, le cheval marin et le poisson :

Néréide sur un cheval marin et poisson, musée du Bardo

C'est le cas également pour le triomphe de Vénus de Djemila, où les flots barrent la composition dans sa partie basse (photo ci-dessus).

Un cas très intéressant est une mosaïque de triomphe de Neptune, où le mouvement du char marin est illustré par un rendu particulier des flots juste à l'endroit où les chevaux sont immergés : l'eau est plus sombre, les lignes sont plsu serrées, il apparaît des stries blanches qui rompent la linéarité de la représentation de la mer tout autour :

Triomphe de Neptune, la Chebba, Musée du Bardo

Certaines mosaïques sont si fines qu'on peut parler d'esthétique picturale  illusionniste pour figurer le paysage marin : sur une mosaïque magnifique figurant des néréides  trouvée à Lambèse (musée de Tazoult), détant de la fin IIe -début IIIe siècle, la mer est de couleur unie dans des tons verts mélangés en camaïeu, plus vifs en bas, plus clairs en haut, quand on se trouve plus près de l'horizon et du ciel, qui est figuré en blanc. des filets dentelés en gris, blanc, bleu, noir, rompent le ton uni vert en profondeur pour figurer les remous du passage des néréides et des animaux qui les accompagnent. Le mosaïste a même représenté des ombres portées sur l'eau par des zones plus sombres (vert foncé et noir), en particulier sous les queues des animaux.

La maison du front de mer à Hippone en Alégrie moderne est un cas très intéressant d'imbrication entre lieu réel et oeuvre d'art (comme pour les jardins): la salle qui s'ouvre sur la mer est décorée par un pavement illustrant un triomphe de Vénus sur un fond marin poissonneux : on rappelle aux convives que la mer, visible depuis la salle, est peuple de divinités marines qu'ils voient à leurs pieds : l'espace de la vie quotidienne et du vécu  se mêle à l'espace divin invisible à l'oeil nu.

 

Enfin, la mosaïque de Madaba est très particulière car elle est de type cartographique : la Mer Morte est un espace clos où se déversent les fleuves descendant des montagnes, dans un dégradé foncé de bruns, marrons et ocres, avec des effets de vagues et de courants en plus clair, sur lesquels navigue un bateau à l'échelle disproportionnée.

 

Sur les fresques

Sur les fresques, la mer est assez peu représentée comme sujet principal ; on la voit souvent au premier plan (contrairement aux montagnes, toujours en arrière-plan), étendue bleue ou verte plus ou moins foncée (allant jusqu'à se confondre avec le ciel comme ci-dessous), unie, donnant sur des portiques de front de mer ou sur des villas, ou sur un port. Ce sont donc les aménagements de l'homme qui importent, ou sa présence elle-même, avec des barques ou des navires :

On peut aussi voir la mer au loin, en arrière-plan se fondant presque avec le ciel, comme ici, où le sujet principal est l'île de Samos ; avec de l'eau d'un très beau bleu aux nuances turquoises, au premier plan à droite, et au fond, avec un navire qui s'éloigne :

Sur les miniatures

L’iconographie est très riche et variée, mais il faut tenir compte du vieillissement des couleurs et de leur modification. La plupart du temps, la mer est un espace globalement ovale, circonscrit d’un trait plus épais, de forme globalement circulaire ou ellipse, d'un bleu assez sombre. Des vaguelettes blanches peuvent être finement dessinées sur le fond bleu, comme on peut le voir ci-dessous :

Si la miniature est riche, il y a aussi des poissons et des crustacés dans l’eau, au milieu des traits symbolisant les vaguelettes.

Ici, à droite, la mer, avec des animaux marins divers très colorés.

Sur la Table de Peutinger

La mer est une surface vert-bleu, unie, en contraste avec l'ocre très clair de la terre, et le rivage est dentelé de façon régulière, marquant éventuellment des promontoires importants. Des noms peuvent y être inscrits, en particulier près d'îles ou de ports. Voici le site de Sorrente et de la baie de Naples, et celui de l'île de Ceylan (appelée Taprobane) :

 

 

 

[Accueil][Les progrès de la connaissance][Les sources antiques][Représentation du paysage][Le volcanisme antique][Aménager l'espace naturel][Pinacotheca (images)][Textes antiques][Bibliographie][Contact][Liens]